Écouter son coeur

­Newsletter (La Limace) du 23 juillet 2022

Hier, j’ai passé un certain temps seule, à écouter ce que mon coeur me demandait. A chaque instant, dans la vulnérabilité éphémère de ce qu’un moment peut offrir, je m’ouvrais à ce qui émergeait en moi.

Je suis rentrée de retraite il y a quelques jours, et après autant de temps en présence à moi-même, j’ai eu droit à quelques prises de conscience. Celles-ci se prolongent et se digèrent avec le temps que j’accorde au silence, à la simplicité, au non-faire.

Parmi ces prises de conscience, la nécessité de recentrer mon projet de vie autour de ce qui m’anime depuis les profondeurs, depuis toujours : la musique.

Comment ? Je ne sais encore quelles seront les étapes.

J’essaie de le vivre, comme toutes les transitions, minute par minute.

C’est inconfortable, c’est vulnérable, c’est tendre, et c’est normal puisqu’il s’agit de mon coeur, de ce qu’il y a de plus précieux.

Mais si c’est mon coeur, c’est aussi ce qu’il y a de plus fiable, de plus solide, de plus puissant.

Paradoxal, pourrait-on croire…

Mais le coeur est ce qui nous donne du courage, ce qui nous reconnecte à la foi alors qu’à l’extérieur les difficultés semblent s’acharner, cherchant apparemment à nous mettre à terre…

Remercions ce qui nous met à terre, car cela nous invite à l’humilité, et à ressentir le vivant qui s’exclame “Je Suis” quelle que soit la situation.

Osons plonger dans ce qui nous semble sombre, houleux, indomptable, car il n’y a rien à “gérer”, rien à dompter ni à contrôler.

Osons ressentir pleinement, et nous ressortirons la tête de l’eau, tôt ou tard.

Ayons confiance en ce mouvement qui se déroule en nous, malgré nous, avec nous.

Nous sommes ce mouvement.

Et nous sommes l’immobilité qui regarde, observe et aime.

Pour écouter son coeur, il est inévitable de se confronter à certains automatismes qui nous empêchent de ressentir, qui nous éloignent de notre nature profonde : l’amour. Pour amener un peu de lucidité et quelques pistes à ce sujet, j’ai tourné cette vidéo il y a quelques semaines.