Peut-on avoir confiance en soi ?

Newsletter LA LIMACE du 20 septembre 2022

20 septembre 2022

Ce matin, malgré les difficultés rencontrées la veille, j’ai ressenti une sorte de détente et d’ouverture que j’avais du mal à expliquer.

Je traverse en ce moment une phase de remise en question et d’incertitude. Je n’ai pas encore la réponse à la question : quelle est la prochaine étape ? Je me questionne sur le mode de vie qui m’attend, sur le lieu qui m’accueillerait harmonieusement… 

Et je n’ai pas du tout la sensation d’avoir “la main” sur ce changement en cours. Je le pressens, c’est tout.

Le développement personnel nous pousse à toujours plus d’épanouissement, à partir de notre individualité : il sous-entend que nous avons le pouvoir de changer. 

A mon sens, c’est plus subtil : nous pouvons changer, mais ce pouvoir n’est pas entre nos mains. Il ne s’agit pas de changer de façon forcée, à partir d’une volonté personnelle, mais de se laisser transformer par la vie, dans une attitude principalement réceptive.

Au cours de mon existence, j’ai entendu tant de gens dire, d’un air désolé, qu’ils n’avaient pas confiance en eux. Pendant un certain temps, cela m’attristait aussi, et j’essayais de les aider à découvrir leurs qualités et à s’estimer davantage. Mais j’étais souvent frustrée de constater que cela ne les rendait jamais heureux : il y avait toujours quelque chose qui n’allait pas, qui ne les satisfaisait pas.

La confiance en soi est quelque chose qu’il faut créer de toutes pièces, à partir de concepts, pour se rassurer qu’on a bien le droit d’être là. Elle part du principe que les êtres vivants sont séparés les uns des autres, et séparés de l’harmonie de l’Univers.

Aujourd’hui, je porte davantage mon regard sur la confiance en la Vie, et c’est aussi ce que j’essaie de transmettre aux êtres que j’accompagne.

La confiance en la Vie, loin d’être artificielle, est déjà présente en chacun d’entre nous. Il ne s’agit donc que de la “réveiller” par une observation quotidienne de ce qui, dans notre expérience, est profondément juste et harmonieux.

Cela peut sembler paradoxal, et c’est souvent difficile à accepter sur le moment, mais les passages chaotiques et douloureux de notre vie ont, eux aussi, leur raison d’être. Ils nous enseignent, nous travaillent de l’intérieur, nous ramènent à une humilité salutaire, nous recentrent sur l’essentiel.

« La Vie me veut du bien. » est un des mantras que j’aime me répéter, y compris dans les moments où mes pensées affirment l’inverse au vu des événements extérieurs. 

Il ne s’agit pas là de chercher le positif partout jusqu’au déni de ce que l’on ressent, mais plutôt de s’abandonner, de s’en remettre à quelque chose de plus grand dont l’intelligence est infiniment plus vaste que ce que notre imagination peut concevoir.

Au moment où je dis ce mantra, la recherche de réponses et de recettes cesse, et je me retrouve à nouveau dans le calme de mon essence, de qui je suis vraiment.

Car la Vie n’est pas quelque chose de réellement extérieur, elle est l’infiniment grand, l’universel, mais elle se trouve aussi dans l’infiniment petit, au coeur de chacune de mes cellules. 

Cette profonde bonté, cette pure justesse, se loge donc au sein de chaque élément manifesté : en moi et autour de moi.

A partir de là, je n’ai plus besoin d’avoir “confiance en moi”.

Je peux simplement vivre, à l’écoute de cette intelligence joyeuse et joueuse qui circule à chaque instant dans mes veines.

S’abonner à LA LIMACE

Laisser un commentaire