Sortir du rôle

Newsletter LA LIMACE du 14 septembre 2022

Être là, simplement, et prendre conscience.
De tout ce qui a été nié. 
De tout ce que j’ai fait pour correspondre à une certaine image que j’avais de moi.
Sans véritable liberté.

Qu’est-ce que la liberté ?
Celle de se choisir, sans doute.
Celle d’être soi-même.
Ce n’est pas vraiment un choix, c’est plus le courage de s’assumer.
Parce que je n’ai pas choisi d’être comme je suis.
Parce que je n’ai pas choisi ce chemin.
Ou alors peut-être que si, je l’ai choisi, avant de naître.
Peu importe.

Nous créons tous un rôle, un personnage, pour nous sentir en sécurité dans cette société qui ne tolère pas vraiment les singularités.
Et le drame, c’est que nous finissons par croire que nous le sommes, ce personnage, ce costume que nous avons enfilé. 
Il nous colle à la peau.
Il est comme un jumeau dont on ne veut pas se séparer.
Peur de mourir s’il disparaît, s’il nous quitte, s’il s’évanouit.

Ce n’est qu’un écran de fumée, mais nous y croyons dur comme fer.
La fumée prend la forme d’une cage dans laquelle nous nous enfermons.
La cage est ouverte, mais nos yeux sont fixés sur ses beaux barreaux dorés.
Nous nous croyons prisonniers, et pourtant seul notre regard nous maintient ainsi.

Bornés, limités par ce costume qui finit par ressembler à une armure, nous souffrons, nous trébuchons, nous hoquetons de peur et d’épuisement.
Ce costume étouffe notre âme, et peu à peu elle se rappelle à nous, pour émerger, pour renaître.
C’est l’âme qui crie et qui surgit, par instants, au creux de notre souffrance.

Alors que nous sommes si habitués à tenir, à maintenir cette fausse identité, à contenir qui nous sommes vraiment, notre nature profonde… soudain la vie nous demande de lâcher, de faire confiance.

Pourrons-nous répondre à son appel ?

Laisser un commentaire